Le retour de l’inflation menace le pouvoir d’achat

En juillet, l’indice des prix a progressé de 2,1 % en zone euro et de 2,3 % en France. Au détriment de l’épargne et du pouvoir d’achat.

 

Le Monde |  • Mis à jour le  |

On ne peut accepter en augmentation 0.57 % donné par la direction !

Ce qui a changé au 6 mars 2018

- Les prix des produits du tabac ont augmenté au 1er mars 2018, l’augmentation moyenne étant de presque 1 euro sur les cigarettes et de 2 euros sur le tabac à rouler.

- Le prix de la vignette Crit’Air, le « certificat qualité de l’air », a été fixé, au 1er mars, à 3,11 euros, auquel s’ajoute 0,51 euros de frais de port, soit 3,62 euros au total, contre auparavant 3,70 euros plus 0,48 euros de frais d’acheminement, soit 4,18 euros.

Les tarifs réglementés de vente de gaz d’Engie ont augmenté, au 1er janvier 2018, de 6,9% en moyenne.
La contribution sociale généralisée (CSG) a augmenté de 1,7 point au 1er janvier 2018. 

Le conseil d’administration de l’Unédic a voté, le 19 juin 2017, une revalorisation des allocations d’assurance chômage de 0,65 % à compter du 1er juillet 2017.

81 % C’est le pourcentage de Français qui jugent que leur « pouvoir d’achat a baissé ces dernières années », selon un sondage publié le 30 mars et mené du 25 au 27 mars. Parmi eux, 37 % « font les courses à 5 euros près », et ce sont à « 51 % des ouvriers ». Quant aux autre sondés, 12 % estiment que leur pouvoir d’achat a augmenté et 7 % pensent qu’il est resté le même.

Après 4 mois de baisse, les prix de l’énergie ont encore augmenté de 4.5% en Janvier 2017 (+10,3% sur un an) indique l’INSEE. Les prix de l’alimentation continue d’augmenter (+0.4% en janvier) soit +1.3% sur un an. Le prix des services postaux ont augmenté de 3.8% en janvier 2017.

Les tarifs autoroutiers ont augmenté au premier février 2017 de 0.76% en moyenne.

Ce qui change en 2017

- Le montant horaire brut du Smic est porté à 9,76 euros au 1er janvier 2017 contre 9,67 euros depuis le 1er janvier 2016.

- Le tiers payant partiel (part des dépenses prise en charge par l’Assurance maladie) doit être appliqué, au 1er janvier 2017, par les professionnels de santé aux assurés atteints d’une affection de longue durée, ainsi qu’aux femmes enceintes qui bénéficient de l’Assurance maternité.

LES CHIFFRES UTILES

mise à jour novembre 2015.pdf
Document Adobe Acrobat 74.8 KB
mise à jour Octobre 2015
octobre 2015.pdf
Document Adobe Acrobat 75.5 KB
Mise à jour juin 2015
chiffres-fo-hebdo_3162.pdf
Document Adobe Acrobat 66.7 KB
Mise à jour janvier 2015
chiffres_3129.pdf
Document Adobe Acrobat 72.3 KB
Mise à jour octobre 2014
chiffres-fo.pdf
Document Adobe Acrobat 77.7 KB

Modèle 

INDICES DES PRIX À LA CONSOMMATION (INSEE) juillet 2014

- 0,3%

VARIATION SUR UN AN
+0,5%

 INDICE DE RÉFÉRENCE DES LOYERS

4 ème trimestre 2013, l’indice de référence des loyers atteint 124,83 – évolution sur un an : + 0,69%
L’article 9 de la loi n° 2008-111 du 8 février 2008 a modifié l’indice de référence des loyers. Le nouvel indice correspond à la moyenne, sur les douze derniers mois, de l’indice des prix à la consommation hors tabac et hors loyers.

 COTISATIONS SOCIALES, EN POURCENTAGE DU SALAIRE BRUT

CSG : 7,5% depuis le 1er janvier 1998 (au lieu de 3,4%) et sur 98,25% du salaire depuis le 1er janvier 2012.
CRDS(1) : 0,5% depuis le 1er février 1996 et sur 98,25% du salaire depuis le 1er janvier 2012.

SÉCURITÉ SOCIALE
Assurance-maladie : 0,75%
Assurance-vieillesse : 6,80%
Assurance-vieillesse déplafonnée : 0,25%

ASSURANCE-CHÔMAGE
- Cotisation UNEDIC
tranches A et B : 2,40%
APEC (2) : 0,024%

RETRAITES COMPLÉMENTAIRES
- ARRCO (Taux minima obligatoires)
Non-cadres tranche A : 3,05%
Non-cadres tranche B : 8,05%
- AGIRC
Cadres tranches B et C : 7,75%
- Cotisation AGFF
Tranche 1 (3) : 0,80%
Tranches 2 et B (4) : 0,90%

(1) Contribution au remboursement de la dette sociale.
(2) Association pour l’emploi des cadres.
(3) Tranche 1 : dans la limite du plafond de la Sécu.
(4) Tranches 2 et B : entre 1 et 4 fois le plafond de la Sécu.

 LE SMIC

Depuis le 1er janvier 2014 : 9,53 euros l’heure, soit 1 445,38 euros brut par mois pour 151,67 heures.

 FONCTIONNAIRES

Minimum de traitement dans la fonction publique depuis le 1er janvier 2013 : 1 430,76 euros brut.

 PLAFOND MENSUEL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE

Du 1er janvier au 31 décembre 2014 : 3 129 euros.

 ASSURANCE-VIEILLESSE

Allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA) 
(anciennement « minimum vieillesse »).
Au 1er avril 2013 : 9 447,21 euros par an pour une personne seule (787,26 euros par mois) 14 667,32 euros par an pour un couple.
Minimum contributif majoré : 8 247,85 euros par an pour une personne seule (soit 687,32 euros par mois).
Retraite complémentaire Agirc et Arrco
Valeurs des points et salaires de référence au 1er avril 2013
Agirc à 0,4352 euro
Salaire de référence : 5,3006 euros
Arrco à 1,2513 euro
Salaire de référence : 15,2284 euros

 MÉDECINE CONVENTIONNÉE

(tarifs secteur 1)
Au cabinet du médecin omnipraticien : 23 euros
Au cabinet du médecin spécialiste : 25 euros

 ALLOCATIONS FAMILIALES

2 enfants : 128,57 euros 
3 enfants : 293,30 euros 
Par enfant en plus : 164,73 euros
Majoration pour âge des allocations :
36,16 euros de 11 à 16 ans
et 64,29 euros après 16 ans.
Pour vos enfants nés après le 30 avril 1997 vous ne recevrez pas ces deux majorations ; vous recevrez une majoration de 64,29 euros à partir du mois suivant leur 14e anniversaire.

 CHÔMAGE

L’allocation doit s’élever à 28,38 euros par jour au minimum, mais ne peut dépasser 75% du salaire journalier de référence (salaire des douze mois qui ont précédé la rupture du contrat de travail).
Vous trouverez tous les détails des « Allocations chômage » ci-dessous.

 LES ALLOCATIONS CHÔMAGE

LES RÈGLES D’INDEMNISATION
Le principe, c’est qu’un jour cotisé égale un jour indemnisé.
Trois paramètres sont pris en compte.
1 - La période de référence. C’est la période pendant laquelle on regarde si le demandeur d’emploi a travaillé, donc cotisé. Pour les moins de 50 ans, ce sont les 28 derniers mois à compter de la rupture du contrat de travail. Pour les plus de 50 ans, ce ne sont pas 28 mois, mais 36.
2 - La durée minimale de cotisation. Pour être indemnisé, il faut avoir travaillé au minimum 4 mois, soit 122 jours dans la période de référence.
3 - Les durées maximales d’indemnisation. Pour les moins de 50 ans, la durée maximale est de 24 mois. Pour les 50 ans et plus, cette durée est de 36 mois. Exemple : un salarié qui a travaillé 4 mois dans les 28 derniers mois (il a moins de 50 ans) aura droit à 4 mois d’indemnisation. S’il avait travaillé 7 mois, il aurait eu droit à 7 mois d’indemnisation.
Autre exemple : un salarié de plus de 50 ans qui a travaillé 27 mois aura droit à 27 mois d’indemnisation ; s’il avait travaillé 46 mois, il aurait eu droit à 36 mois, soit le plafond.
Ces règles s’appliquent à compter du 1er avril 2009 pour les procédures de licenciements individuels ou collectifs engagées à compter de cette date. Si la procédure a été engagée avant, ce sont les anciennes règles qui s’appliquent.

Montant des allocations
Dans le cas général, le mode de calcul de votre allocation s’établit comme suit.
Une comparaison est effectuée entre :
- 40,4% de l’ancien salaire brut plus une partie fixe de 11,64 euros par jour ;
- 57,4% de cet ancien salaire brut ;
- l’allocation minimale de 28,38 euros. C’est le montant le plus favorable pour l’allocataire qui sera retenu.
Une réserve cependant, le montant de l’allocation ne peut jamais dépasser 75% du salaire journalier de référence.


actualités

Les fonctionnaires répondent au gouvernement par une grève le 22 mars 2018

À l’occasion du 8 mars 2018, journée internationale des droits des femmes, Force Ouvrière rappelle son engagement quotidien en matière d’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.

 

Journée de grève et de manifestations le 7 mars 2017. 

A l’appel de FO Santé, les personnels paramédicaux et sociaux-éducatifs de la fonction publique sont en grève le 24 janvier 2017 pour de meilleures conditions de travail et de meilleurs salaires.

Mardi 17 janvier 2017 de 10h45 à 10h50

L’AFOC sur France 3

Émission télévisée de l’Institut National de la Consommation, réalisée en partenariat avec l’AFOC  

FO de Oise Habitat manifeste à Paris

Congrès confédéral REIMS

vidéo

compteur de visite